dimanche 25 novembre 2007

Je me souviens 4

Vendredi 16 novembre.
Qui?, je vous le demande, se tient dernière nous en attendant qu'on lui indique sa table de petit déjeuner? Qui?
Mais c'est le beau Bernard Werber! C'est Caroline (la chasseuse de signatures) qui est émoustillée de l'avoir comme voisin de table! Il a mis son polo dans son pantalon et porte une paire de grosse baskets blanches... pas très sexy Bernard!
9h30 Cécile Emeraud (mon éditrice) et moi prenons un taxi pour nous rendre en périphérie de Montréal à la
Librairie Monet (c'est pas le nom du peintre mais du patron). Le taximan est super sympa mais pas doué, nous sommes accueillis par Isabelle (Leméac) et Anne-Pascale Lizotte (de la librairie Monet) avec 10 minutes de retard. Je fais mon animation avec bla bla, questions réponses, collation et atelier de dessin... très sympa.

Il est 11h quand les enfants reprennent le bus.
Nous visitons la librairie, très spacieuse et découvrons les rayons des auteurs québécois.
Nous rentrons au Salon du livre en voiture et métro avec Isabelle comme guide.
Il est 12h quand nous arrivons au
cocktail des éditeurs belges. André Goosse auteur du nouveau Grévisse "le bon usage" discourt devant une affiche de Kid Paddle "Le retour de la momie qui pue qui tue". Cocasse.
L'orateur suivant, nettement moins drôle, a l'infinie délicatesse de dénigrer les éditeurs français en présence de Cécile... elle préfère en rire.
Photo souvenir en compagnie de Nadine Monfils, Thierry Janssen... M. Goosse (Gendre de Grévisse) me serre la pince... s' il savait que mon livre primé est sans texte
(sans parler de mon orthographe douteuse!)


Après une bonne petite bière (toujours) belge, Isabelle, Cécile et moi prenons le chemin de la Bibliothèque Centrale Jeunes pour une nouvelle animation. A peine arrivés, nous entendons des cris d'oiseau. C'est Mirou une tourterelle qui a trouvé refuge dans la bibliothèque depuis 22 ans. Quand elle s'est assez dégourdi les ailes, et a reçu quelques caresses de Cécile, elle vient se poser sur le crayon de Madame Nancy Gravel pour retourner dans sa cage.
La classe arrive. L'instituteur se présente et explique que leur école est proche de la pédagogie Freinet. Je commence mon animation et remarque très vite que l'instituteur appelle les enfants "mes amis". Je fais donc de même, ces enfants deviennent mes amis. Ils sont curieux, sympas et débordent d'imagination.

Florence et Caro nous ont rejoints.
Un enfant heu... un ami pour expliquer son dessin nous chante "Yo, man! Check ma bedaine, check mes fesses, mais check pas l'reste" (rires). La rencontre se termine, une fillette est impatiente de rentrer, elle m'explique qu'aujourd'hui c'est son mariage à l'école (je vous rappelle... pédagogie Freinet ;-) ).


Nous reprenons à cinq le chemin du Salon, il y a un bon petit vent glacé.

Sur le stand des éditions Leméac je fais la connaissance de Pierre Filion qui est sans aucun doute l'éditeur
le plus drôle du Québec, peut-être bien du monde... de l'univers!

Je dédicace, les rencontres sont chaleureuses.

Fin de journée, Florence arrive à me convaincre d'aller "magasiner", je me "ressape" de la tête aux pieds.

Dans le hall de l'hôtel nous croisons... Bernard Werber.

Ce soir nous allons dîner dans le quartier chinois. Cécile ne peut s'empêcher de rentrer dans une boutique d'objets kitsch et d'en ressortir avec un objet absolument indispensable pour masser les pieds... magnifique!

Dans le resto notre voisine de table, black, grosse et très bruyante et affublée d'une delicieuse voix nasillarde répète à plusieurs reprises "Avoue qu' Fazzy l'est cute!" autant vous dire cette phrase est devenue un "gimique" pour le reste du séjour.

À suivre

1 commentaire:

Jean-Luc Englebert a dit…

Quelle vie palpitante! Maintenant tu es fringué comme en Amérique!
Un éditeur Belge qui dénigre les Français au Quebec...le même fera des courbettes à Montreuil.